Samsung dévoile son Note 8 pour faire oublier le fiasco du Note 7

Le groupe a entamé son show de présentation à New York avec une allusion au rappel des Note 7 en 2016.

« Bien sûr, nul d’entre nous n’oubliera jamais ce qui s’est passé l’an dernier. Je sais que je n’oublierai pas. Et, je n’oublierai jamais comment des millions de fidèles du +Note+ sont restés avec nous. Alors laissez-moi (leur) exprimer ma plus profonde gratitude », a déclaré DJ Koh, à la tête de la division mobile de la firme.

Le rappel planétaire du Note 7 avait coûté des milliards de dollars de bénéfices perdus à Samsung, et sapé la crédibilité du géant sud-coréen, obligé de présenter des excuses et de différer le lancement du S8, finalement présenté au printemps.

Les derniers résultats financiers du groupe, publiés fin juillet, étaient néanmoins rassurants, avec un bond de 89% du bénéfice net à près de 10 milliards de dollars au deuxième trimestre, grâce à la demande soutenue pour ses puces mémoire et une progression de ses ventes de mobiles.

Le Note 8 présenté mercredi apporte quelques améliorations par rapport à ses prédécesseurs, notamment un plus grand écran aux bords incurvés, deux appareils photo arrière ou encore une version plus puissante du stylet habituel des Note, qui permet de se passer du clavier pour certaines tâches.

Le nouvelle « phablette » (mélange de smartphone et de tablette) sera disponible à partir du 15 septembre, a précisé le leader mondial des smartphones. Il pourra toutefois être pré-commandé dans les prochains jours.

Samsung n’a pas précisé le prix de son appareil mais les principaux opérateurs mobiles américains ont annoncé dès mercredi leurs tarifs, situés légèrement en-dessous de 1.000 dollars (850 euros).

Concurrencer le futur iPhone d’Apple

Avec ce nouvel appareil, Samsung se prépare aussi à l’arrivée du prochain iPhone d’Apple, toujours très attendu. Selon la presse spécialisée, il pourrait être dévoilé le 12 septembre et coûter lui aussi autour de 1.000 dollars.

« Le Note 8 est pour Samsung une excellente occasion de gagner des parts de marché face à la concurrence puisqu’après plusieurs années, c’est le premier téléphone super haut-de-gamme que l’entreprise présente », a estimé l’analyste Patrick Moorhead, de Moor Insights Strategy.

« Ils ont clairement mis le Note 7 derrière eux », a-t-il aussi jugé.

Toutefois, « comme on ne connaît pas encore les spécificités et le prix du futur iPhone, on ne peut pas encore savoir si le Note 8 sera compétitif », a-t-il nuancé.

Pour lui, si le Note 8 est « un bon téléphone » pour le client lambda, il devrait surtout séduire les clients « business ».

Selon la presse, Apple pourrait de son côté lancer précisément un iPhone « pro », très haut-de-gamme, qui pourrait entrer directement en concurrence avec le Note 8.

La firme à la pomme pourrait même lancer non pas un mais trois modèles en même temps, selon les dernières rumeurs, le groupe étant bien décidé à frapper fort pour les 10 ans de l’iPhone.

Prise jack

L’un des responsables de Samsung, Justin Denison, a d’ailleurs conclu son intervention mercredi par une petite pique à l’encontre d’Apple qui ne propose plus sur ses derniers appareils la traditionnelle prise ronde « jack » pour brancher son casque audio.

« Au fait, il y a bien une prise +jack+ » sur le Note 8, a-t-il dit, déclenchant les rires de l’assistance.

Avec ces nouveaux smartphones, l’enjeu est de taille pour les deux géants technologiques, leaders du secteur, qui comptent sur eux pour rester les rois du marché et faire face à une concurrence chinoise croissante.

Selon les données du cabinet International Data Corporation (IDC), Samsung et Apple détenaient respectivement 23,3% et 12% de parts de marché au second trimestre.

Mais le chinois Huawei s’est rapproché d’Apple, avec 11,3% du secteur, soit deux points de plus qu’à la même période de 2016. Deux autres groupes chinois, Oppo et Xiaomi, arrivent ensuite.

Cette présentation par Samsung intervient à deux jours d’une autre date importante pour le groupe. La justice sud-coréenne rend en effet son verdict vendredi au procès pour corruption de l’héritier de l’empire industriel sud-coréen.

© Menara (Technologies)