Révolution dans le traitement de l’Accident vasculaire cérébral

La thrombectomie,  permet une bien meilleure récupération. En pratique, il s’agit d’aller capturer directement le caillot dans le cerveau grâce à un filet grillagé, un stent similaire à ceux que l’on glisse dans certaines artères (coronaires, carotides, aorte…), pour éviter qu’elles se rebouchent
Extraire mécaniquement le caillot de sang, à l’origine d’un accident vasculaire cérébral (AVC), porte le nom de thrombectomie mécanique. Elle consiste à aller chercher directement dans le cerveau du patient le caillot sanguin responsable de l’attaque cérébrale.
Cette technique thérapeutique, qui constitue une révolution dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) les plus sévères, permet de réduire significativement les risques d’handicaps qui peuvent s’en suivre.
Cette nouveauté thérapeutique, sera présentée aux cardiologues marocains,  par des experts internationaux, lors du 22ème congrès national de Cardiologie, qui aura lieu à Marrakech du 5 au 7 octobre, indique Dr Samir ZTOT, président de la société Marocaine de Cardiologie.
Jusqu’à aujourd’hui, la médecine moderne, n’avait comme possibilité thérapeutique, devant un accident vasculaire cérébral, que l’injection de médicaments, dans les 4 heures qui suivent l’accident. Sinon, au-delà de ce délai, cette possibilité thérapeutique médicamenteuse s’avère être inefficace. Et même, réalisée dans le timing adéquat, elle engendre des séquelles. C’est pour cette raison que la thrombectomie mécanique, est une véritable révolution thérapeutique, tient à scander Dr Samir ZTOT. D’ailleurs, plusieurs études ont  confirmé les très bons résultats de cette technique, utilisées par plusieurs unités neurovasculaires dans le monde, spécialement dédiées à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux. Notamment l’étude parue dans le New England Jornal of medecine.
Et il est important de signaler, indique Dr Samir ZTOT, que comme l’infarctus du myocarde, l’AVC est la plupart du temps provoqué par l’obturation d’un vaisseau sanguin.
Les tissus et organes situés après ce « bouchon » ne sont plus irrigués. Privés de l’oxygène transporté par le sang, ils se nécrosent rapidement. Si la circulation sanguine n’est pas rétablie, les séquelles peuvent être irréversibles.
 « C’est Vraiment une révolution, car nous parvenons à modifier l’histoire naturelle des AVC et à réduire de 60 % les séquelles » », ne cesse de répéter, lors ses conférences scientifiques Dr H.Sivert, spécialiste de la technique depuis déjà plusieurs années et qui partagera son expérience avec les cardiologues marocains, à Marrakech, déclare avec une certaine fierté, le président du 22ème congrès national, Dr Samir ZTOT.
D’autant plus, déplore ce cardiologue marocain expérimenté, que ce fléau fait une victime toutes les quatre minutes en France et le Maroc n’est pas loin de ces chiffres, malgré l’absence d’un registre régional ou national des AVC au Maroc.  
Cette technique mécanique de traitement des AVC, la thrombectomie,  permet une bien meilleure récupération. En pratique, il s’agit d’aller capturer directement le caillot dans le cerveau grâce à un filet grillagé, un stent similaire à ceux que l’on glisse dans certaines artères (coronaires, carotides, aorte…), pour éviter qu’elles se rebouchent.
Mais dans le cerveau, le dispositif  n’est pas destiné à rester implanté. Déployé autour du caillot, il le piège dans son filet métallique avant que le spécialiste en cardiologue interventionnelle, ne le retire progressivement à l’aide d’un microcathéter, préalablement introduit dans l’artère fémorale. Il est parfois possible d’aspirer simultanément le caillot, ce qui rend la manœuvre encore plus efficace.
En décembre 2014, la revue New England Journal of Medicine a publié, pour la première fois, les résultats très satisfaisants d’une étude, menée auprès de 500 patients. Huit mois plus tard, une dizaine d’autres travaux (Escape, Extend, Swift Prime, Thrace…),  ont  confirmé l’efficacité de cette nouvelle technique thérapeutique contre les accidents vasculaires cérébraux.
 

Un Commentaire ?! ça nous intéresse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.