C’est fait. La machine tourne désormais à Tanger pour la fabrication des pales d’éoliennes, «100% Made in Morocco». Le 11 octobre, Siemens Gamesa y a officiellement inauguré sa nouvelle usine de production des pales B63-10 de 63 mètres de long destinées à équiper les turbines SWT-DD-130 (jusqu’à 4,2 MW de puissance nominale). 

Un investissement de 100 millions d’euros, soit environ 1,1 milliard de DH, ayant généré 600 emplois directs, majoritairement occupés par des Marocains, et 500 indirects. L’usine est également en mesure de produire d’autres modèles de pales qui peuvent atteindre jusqu’à 75 mètres de long. Ces pales intégrales sont fabriquées en utilisant des technologies concédées et des matériaux composites.

«C’est la première usine de pales d’un fabricant d’éoliennes en Afrique et au Moyen-Orient», confirme Markus Tacke. Le PDG de Siemens Gamesa Renewable Energy (SGRE) s’exprimait en marge de la cérémonie de lancement présidée par le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. «Notre ambition est que ce projet soit d’une plus grande valeur ajoutée pour le Maroc et pour le renforcement de la compétitivité Siemens Gamesa. Pour cela, nous souhaitons le développement d’un écosystème pour cette industrie, et celle des énergies renouvelables en général, qui permettra notamment une plus forte intégration industrielle locale.

Nous comptons ouvrir prochainement avec Siemens Gamesa une réflexion sur ce volet afin de concevoir ensemble ce projet d’écosystème», a déclaré Elalamy. Selon le ministre, des négociations sont également en cours pour l’extension de l’usine Siemens Gamesa de Tanger, probablement pour doubler la capacité de production et les emplois.  Pour l’instant, le site occupe 37.500 mètres carrés dans la zone industrielle de Tanger Automotive City, à environ 35 kilomètres du port Tanger Med. Un positionnement stratégique.

«Cet emplacement à Tanger nous offre un accès direct à certains des marchés les plus importants de demain : ici au Maroc, dans tout le Moyen-Orient, en Europe, en Afrique et dans la région méditerranéenne», a souligné Markus Tacke. Selon nos informations, c’est le marocain Nareva qui est le premier client de l’usine Siemens Gamesa de Tanger. «Les premières pales fabriquées sur ce site étaient initialement destinées au futur parc éolien de Midelt porté par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable. Mais comme le lancement de ce projet a été repoussé, les premières pales équiperont les turbines du parc Aftissat, un projet privé de Nareva», confie au Matin Eco, une source proche du dossier. 

Rappelons que la société Énergie éolienne du Maroc (EEM), une filiale de Nareva, développe actuellement, pour un investissement de 4 milliards de DH, le projet Aftissat (201,6 MW) situé au sud de Boujdour et qui entrera en service en 2018. L’ONEE, lui, planche sur le développement du parc Midelt dans le cadre du projet éolien intégré 850 MW, confié au Groupement constitué par Nareva Holding, Siemens Gamesa et l’italien Enel Green Power, dans le cadre d’un appel d’offres international. 

Soulignons, par ailleurs, que l’idée de construire l’usine Siemens Gamesa au Maroc a été initialement évoquée lors d’une rencontre il y a deux ans à Paris entre Elalamy et Tacke, selon ces derniers. Et selon des sources proches du dossier, l’implantation de cette usine a été motivée par le Projet éolien intégré 850 MW. Pour ce marché d’environ 12 milliards de DH, l’ONEE avait exigé une forte intégration de la production locale. Les soumissionnaires étaient tenus de fournir un plan détaillant leur démarche pour assurer cette intégration industrielle visant la fabrication et la production totale ou partielle de certaines composantes d’éolienne au Maroc, dont des pales. 

Au final, le groupement Nareva/Siemens Gamesa/Enel avait présenté l’offre la plus compétitive, parmi les cinq groupements participant à l’appel d’offres, combinant à la fois le tarif le plus bas au monde et le taux d’intégration industrielle le plus élevé. Ce dernier a pu être proposé grâce notamment à l’engagement du fournisseur du groupement Siemens Gamesa à fabriquer une grande partie des composantes éoliennes localement avec l’installation de la première usine de fabrication des pales au Maroc.