Coupe du Roi. 16es: parenthèse avant le clasico

Avant le clasico FC Barcelone-Real Madrid samedi en Liga, l’Espagne du football s’offre une parenthèse provinciale cette semaine avec les 16e de finale aller de Coupe du Roi, qui proposent des déplacements souvent exotiques pour les grosses écuries.

La palme du dépaysement est pour le Séville FC qui s’invite mercredi (18h00 GMT) dans le stade champêtre de Sant Francesc Xavier (3.000 places), sur l’île de Formentera aux Baléares.

Un joli choc des extrêmes s’annonce entre l’équipe sévillane, cinq fois victorieuse de l’Europa League, et le modeste club de 4e division de Formentera, petit poucet de cette édition 2016-2017.

L’Atletico Madrid, de son côté, se rend mercredi (20h00 GMT) sur le terrain de Guijuelo, club de 3e division connu pour ses maillots excentriques. L’une des célèbres tenues de l’équipe de Castille-et-Leon (nord-ouest) reprenait par exemple le motif de tranches de jambon ibérique, spécialité de la région.

Moins folklorique, le FC Barcelone, tenant de la Coupe du Roi, se déplace mercredi soir (21h00 GMT) à Alicante pour affronter Hercules, ancien pensionnaire de Liga (2010-2011) aujourd’hui en 3e division. Et c’est un mauvais souvenir pour les Catalans, battus par ce même adversaire en septembre 2010 au Camp Nou (2-0).

Ce match est néanmoins l’occasion pour le Barça de rejeter derrière lui l’inquiétant match nul concédé dimanche dernier contre la Real Pour le Real Madrid, c’est déjà l’heure des 16es de finale retour en vertu d’un calendrier anticipé lié à sa participation au Mondial des clubs au Japon (8-18 décembre).

Après avoir remporté 7-1 son 16e de finale aller fin octobre contre la Cultural Leonesa (D3), l’équipe de Zinédine Zidane n’a plus qu’à finir le travail mercredi au stade Santiago-Bernabeu pour devenir la première équipe qualifiée en huitièmes.

« Avant le clasico, il y a un match de Coupe, on verra qui va jouer et qui ne va pas jouer. On a une semaine pour certains pour travailler encore, travailler travailler, travailler », a résumé Zidane le week-end dernier.

C’est aussi l’occasion pour le Real d’effacer le camouflet subi la saison dernière, quand la titularisation à tort d’un joueur suspendu contre Cadix avait valu au club merengue une élimination précoce sur tapis vert dès les 16es de finale…

© Le360 (Sport)

Un Commentaire ?! ça nous intéresse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.